LETTRE SOCIALE DE L’EUROPE N°4 : janvier 2020

UNE EUROPE SOCIALE FORTE POUR DES TRANSITIONS JUSTES

Le 14 janvier 2020, la Commission Européenne a présenté sa feuille de route en matière sociale pour mettre en œuvre le socle européen des droits sociaux sur :

  1. L’égalité des chances et l’accès au marché du travail
  2. Des conditions de travail équitables
  3. La protection sociale et l’inclusion sociale.

Cette communication ouvre une période de concertation  avec toutes les parties prenantes et les citoyens à l’aide d’un site Internet dédié https://ec.europa.eu/social/mai  jusqu’en novembre 2020 qui doit aboutir à l’adoption d’un plan d’actions début 2021. Elle a aussi lancé  une consultation des partenaires sociaux européens sur les salaires minimums équitables.

Les principales initiatives prévues de la Commission européenne en matière sociale en 2020 :

1er trimestre : consultation des partenaires sociaux sur les salaires minimums, égalité H/F  et mesures contraignantes en matière de transparence des rémunérations.
2e trimestre : Garantie renforcée pour la jeunesse, plan d’action actualisé en matière d’éducation numérique.
3e trimestre : Sommet sur le travail via une plateforme, Espace européen de l’éducation.
4e trimestre : Régime européen de réassurance des prestations de chômage, législation sur les services numériques.

LES FORFAITS JOUR ET LA QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL

La Cour de Justice de l’Union Européenne rappelle l’obligation de décompte horaire de la durée du travail, mais pour les forfaits jours par nature dérogatoire, ce contrôle ne porte plus que le temps de travail mais sur la qualité de vie au travail. Dans son arrêt du 14 mai 2019 la CJUE rappelle les règles de la directives 2003/88/CE en matière de durée maximale du travail (48H maxi hebdo avec au minimum 11h de repos par jour plus 24 h par semaine et 4 semaines de congés payés par an) avec la possibilité par accord avec les partenaires sociaux de traiter du temps de travail dans le cadre de la négociation de la Qualité de Vie au Travail.

Si l’employeur soit s’assurer régulièrement que la charge du travail du salarié est raisonnable et permet une bonne répartition dans son temps de travail (Article L.3121-60 du Code du Travail) l’aménagement du temps de travail dans le cadre d’accord sur la Qualité de Vie au Travail permet de préciser les marges d’autonomie des individus pour articuler vie professionnelle et vie privée (horaires, jours, télétravail….) mais aussi le droit d’expression directe et collective ainsi que la possibilité de recours aux représentants du personnel

STRATÉGIE DES MULTINATIONALES ET PARTICIPATION DES TRAVAILLEURS

Lors du séminaire organisé le 13 et 14 janvier 2020 à Bruxelles par l’ETUI (Institut européen des syndicats) regroupant 17 Comités d’Entreprises Européens et 12 fédération syndicales, il apparait que la standardisation-réorganisation- centralisation des multinationales peuvent se faire par régions, par produits ou par fonctions mais aussi par un mixte des trois pour des économies d’échelles. Les décisions globales sont prises par les directions générales mais les applications sont  locales et entrainent une externalisation de l’emploi avec le développement de la sous-traitance où les comités d’Entreprises Européens ont des difficultés à se faire entendre. C’est pourquoi certaines entreprises mettent en place des Comités Mondiaux (Cap Gemini, Michelin) du fait de la globalisation et la digitalisation des entreprises multinationales.

L’entreprise globale (Global factory) a pour objectif une réduction des coûts par des centres de services partagés et optimiser la production de biens et de services par la centralisation du pouvoir avec des tendances à l’externalisations des emplois et une standardisation de la gestion des ressources humaines. Cette stratégie de plus en plus transformatrice nécessite plus de lien avec les opérateurs (Workday) ce qui amène à une érosion des fonctions des instances représentatives du personnel et une confusion des rôles avec une dénationalisation du droit du travail.

Pour agir sur ces réalités en constantes transformations, l’association ASTREES et IR Share avec le soutien de la Commission Européenne proposent un manuel à l’usage des acteurs du dialogue social européen en entreprise que vous pouvez télécharger au https://ewc4-0.eu/wp-content/uploads/2019/11/brochure-EWC-40-fr.pdf

Lyon, le 24 janvier 2020
Article proposé par Christian JUYAUX, Président de RISE, Vice-Président de la Maison des Européens Lyon. Le contenu de cet article n’engage que l’auteur.

adhésion

Adhérer, c'est être acteur et non simple spectateur. Pour nous soutenir, cliquez sur le bouton ci-dessous pour adhérer ou faire un don en ligne :

contacts

MAISON DES EUROPÉENS LYON et ses Centres d'information Europe Direct :
• LYON : 04 72 07 88 88 / 06 48 55 79 90
contact@mde-lyon.eu /
europedirect014269@mde-lyon.eu

• DRÔME ARDÈCHE : 06 99 61 26 07 europedirect2607@mde-lyon.eu

localisation

MAISON DES EUROPÉENS LYON et ses Centres d'information Europe Direct :
• LYON : 7 rue Amédée Bonnet, 69006 LYON
• DRÔME ARDÈCHE : Campus Consulaire CCI de la Drôme, 52-74 rue Barthélémy de Laffemas, BP 1023, 26010 VALENCE

évaluation

Vous avez contacté les Centres d’information Europe Direct Lyon ou Drôme Ardèche ? Votre avis nous intéresse ! Merci de remplir ce petit questionnaire.