Mois : novembre 2020

Restez chez vous et visionnez gratuitement le film lauréat du Prix LUX 2019, « Dieu existe, son nom est Petrunya » de Teona Strugar Mitevska !

Étant donné que nous sommes de nouveau confinés, le Parlement européen, en partenariat avec « Pyramide distribution » et la plateforme de vidéo à la demande (VOD) « La Toile », vous offre la possibilité de visionner en ligne gratuitement, et jusqu’à la fin de l’année 2020, le film lauréat du Prix LUX 2019, « Dieu existe, son nom est Petrunya » de Teona Strugar Mitevska.

Pour visionner le film, suivez les instructions sur la page du Bureau du Parlement européen en France.


Le Prix LUX : 10 films, 28 pays, un seul prix. Chaque année, le Parlement européen décerne le Prix LUX au meilleur du cinéma européen.
Le Prix LUX du Parlement européen aide à promouvoir le cinéma européen, rendre les films accessibles à un public plus large et encourager le débat sur les valeurs et les questions sociales à travers l’Europe. Pour cela, le Parlement européen finance le sous-titrage des trois films finalistes dans les 24 langues de l’Union européenne. Le film lauréat bénéficie également d’un financement du Parlement européen en vue d’adapter la version originale pour les personnes malentendantes et malvoyantes et de promouvoir ces copies.

Le vaccin et la COVID-19 : l’UE à la traîne ?

Bien que l’UE n’ait pas beaucoup de compétence en matière sanitaire, chasse gardée (avec tant d’autres) par les chefs d’Etat et de gouvernement, elle n’est pas restée inactive depuis mars 2020 face à la crise sanitaire, multipliant les recommandations, proposant des coopérations, incitant constamment les Etats membres à se coordonner au maximum, y compris sur des aménagements de frontières afin d’installer des « corridors sanitaires ». Elle a su aussi réorienter des fonds du budget européen vers l’achat de masques, d’équipements médicaux, à commencer par les respirateurs. Elle a encouragé les transferts de malades entre Etats membres lors du pic de la pandémie, à la première vague comme à la seconde. Mais elle n’a pas assez d’autonomie et surtout de budgets conséquents.

Nous ne viendrons à bout de cette épidémie terrible, mondiale et mortelle, que lorsque nous saurons nous prémunir collectivement de ce virus par un (des) vaccin(s) efficace(s).

Là encore, l’UE fait ce qu’elle peut avec les moyens dont elle dispose. Elle soutient la recherche pour un vaccin, en favorisant les avancées scientifiques grace aux moyens de son instrument « d’aide d’urgence », d’un montant de 2,7 milliards €. Ces moyens vont aux laboratoires privés les plus avancés dans leur recherche. L’Agence européenne des médicaments veille à pré-commander des doses de vaccins venant de laboratoires américains et allemands, comme le tandem Pfizer / BioNTech (allemand) ou Moderna (USA). Elle a déjà réservé 15% de leurs doses efficaces à 90%, soit le dernier stade avant l’homologation, et qui seront naturellement partagées entre Etats membres.

L’UE veut rattraper son retard, avec plusieurs laboratoires de recherche européen performants, comme le britannique Astra Zeneca, qui a déjà un vaccin en phase 3, peu cher par rapport à Pfizer / BioNTech, et facile à stocker, à -20° au lieu de -70° pour Pfizer. Mais il a une efficacité de 70% seulement pour l’instant. L’UE lui a pré-réservé 300 millions de doses (dans l’attente d’une totale efficacité, bien sûr). 300 millions sont également pré-réservées chez Sanofi, et bien d’autres laboratoires européens. Au total 1,9 milliards de doses sont déjà commandées. L’Agence européenne des médicaments (AEM) envisage la distribution d’un premier vaccin dès janvier 2021.

En juin dernier, l’Allemagne, la France, l’Italie et les Pays-Bas ont lancé l’Alliance européenne pour le vaccin contre la Covid-19, en lien avec la Commission européenne et ouverte aux autres Etats membres. Cette alliance s’emploiera à « dénicher » partout en Europe et dans le monde des laboratoires sérieux et à leur « pré-réserver » des millions de doses dans un contexte de forte concurrence internationale.

Cette course aux vaccins et à la recherche, outre son enjeu sanitaire, a aussi un fort enjeu politique et diplomatique. Il s’agit de la souveraineté sanitaire européenne. Cette crise du coronavirus a souligné les dépendances de l’Union aux marchés chinois et indiens en matière de production de médicaments. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : l’Europe produisait, dans les années 1990, 80% des médicaments qu’elle consommait. Aujourd’hui, ce sont la Chine et l’Inde qui fournissent 80% des matières premières nécessaires à l’élaboration de ses médicaments !

A cet égard, saluons l’attitude du français Sanofi qui a assuré que la production de doses se ferait sur le sol européen, ce qui n’était pas aussi évident de sa part au début.. Espérons que d’autres grands labos suivront pour redonner à l’Union un peu d’autonomie dans la chaîne pharmaceutique.

Il reste toutefois une interrogation majeure : à qui les laboratoires géants, engagés dans la recherche d’un vaccin, vendront-ils en priorité leur vaccin, face à une demande mondiale exponentielle ? Surtout si la pandémie dure, comme la plupart des pandémies mondiales (Ebola, SRAS …). Car ces gros labos ont signé des contrats avec les plus grandes puissances mondiales, dont l’UE bien sûr. Mais qui sera servi en premier ? Les Etats-Unis, qui sont encore la première puissance mondiale, ou l’UE ? Et dans l’UE, qui en priorité, l’Allemagne ou la Croatie ? La France ou Malte ? Sans compter quelques chantages, comme le laboratoire Moderna (américain) qui a déjà contracté avec les Etats-Unis, le Japon et le Canada, et a prévenu l’UE que ses livraisons seraient faites en tenant compte de la date de signature des contrats de pré-commandes…Cette attitude est efficace puisque l’on vient d’apprendre l’imminence d’une signature avec l’UE..

Sur le plan éthique, plusieurs eurodéputés ont demandé aussi qu’il y ait plus de transparence dans les contrats signés par la Commission européenne : sur leur prix, le site de production des vaccins, la responsabilité juridique des laboratoires en cas d’effets secondaires. Ils réclament aussi la transparence des résultats des essais cliniques, certes rendus publics par l’AEM, mais a posteriori. Une publication avant la mise sur le marché permettrait à des experts indépendants de pouvoir juger également de leur validité.

La Commission européenne tente aussi de coordonner la future distribution des vaccins et les campagnes de vaccination. Elle recommande particulièrement aux Etats-membres de communiquer sur l’intérêt du vaccin pour donner confiance aux citoyens. Dans certains pays dont la France, une large part de la population est hostile aux vaccins. Sera-ce le cas encore, concernant la Covid-19 ? Ou la peur de ce terrible virus infléchira-t-il cette position ? L’enjeu est majeur, car si des populations entières ne se vaccinent pas, le virus pourra circuler dans nombre de « cluster » et passer des frontières… Les populations à vacciner en priorité seront bien sûr les personnes les plus âgées et/ou les plus fragilisées.

Le vaccin est un enjeu majeur pour l’Europe. Il devrait arriver, au mieux, en janvier 2021, ce qui serait un exploit, un peu plus d’un an après le début de la pandémie (née en Chine en octobre 2019). Rappelons qu’un vaccin, en général, demande 18 à 24 mois d’élaboration et de tests massifs.

L’UE a été durement touchée depuis mars 2020. Nous en sommes aujourd’hui à 220.000 morts. Sans compter les centaines de milliers de personnes qui gardent de nombreuses séquelles. Et ce n’est hélas pas terminé, loin de là. C’est dire si les vaccins sont attendus avec impatience !

Urgence sanitaire mondiale, urgence économique et sociale, enjeu géopolitique énorme aussi (Chaque puissance veut marquer l’Histoire !!!) font que l’on n’a jamais eu autant de concentration de recherches publiques et privées, et de budgets colossaux pour trouver « le » vaccin-miracle. Dans une compétition effrénée entre Etats, entre idéologies. Ce sera sans doute le vaccin homologué le plus rapidement dans l’histoire du monde. Il sauvera la planète, et des millions de vies. Mais réconciliera-t-il les Hommes ? J’en doute…

Alain MALEGARIE, vice-président de la Maison des Européens Lyon, membre du réseau de conférenciers Team Europe France.
Le 25 novembre 2020
* Cet article n’engage que son auteur.

Concours « Racontons 30 ans d’évolution climatique sur le territoire d’Alcotra » : EDITION JEUNES

Vous êtes âgés de 10 à 26 ans et habitez sur les territoires régionaux d’ALCOTRA (Auvergne-Rhône-Alpes, Provence Alpes Côte d’Azur, Piémont, Ligurie, Région Autonome de la Vallée d’Aoste) ?

C’est sur vous que repose l’avenir du territoire ALCOTRA, en particulier en ce qui concerne les changements climatiques. Vous êtes les futurs acteurs qui devront répondre aux défis environnementaux qui touchent notre territoire.  Le concours de storytelling a donc pour objectif de vous laisser proposer votre interprétation et représentation du territoire ALCOTRA qui nous entoure.

Thème du concours : l’environnement et notamment les défis que l’adaptation au changement climatique posent sur le territoire ALCOTRA.
Date d’ouverture des participations : 19 octobre 2020
Date de clôture : 30 avril 2021

Pour participer, rien de plus simple ! Il vous suffit d’envoyer votre ou vos créations sous n’importe quelle forme artistique avant le 30 avril 2021 à l’adresse : alcotra-secretariatconjoint@auvergnerhonealpes.fr.

Parmi les histoires reçues, 6 gagnants seront sélectionnés en fin d’année scolaire et auront le plaisir de remporter un vol en parapente dans notre belle région en compagnie de Nicolas PLAIN, ambassadeur de la Stratégie de l’Union Européenne pour la Région Alpine (SUERA) !

Pour télécharger le règlement du concours de storytelling, édition jeunes ainsi que la déclaration sur l’honneur, c’est par ici.

COVID-19 : l’accueil du public à la Maison des Européens Lyon est suspendu mais le service d’information continue !

Suite aux nouvelles mesures pour faire face à la deuxième vague de la COVID-19, nous vous informons que l’accueil physique à la Maison des Européens Lyon et ses Centres d’information Europe Direct Lyon et Drôme Ardèche est suspendu jusqu’à la fin du confinement.

Nous continuons toutefois à assurer notre service d’information au public et nous sommes en télétravail, donc, n’hésitez pas à nous joindre par téléphone ou par mail :

• Pour toutes les questions à destination du Centre d’information Europe Direct Lyon, du lundi au vendredi au 04 72 07 88 88 / 06 48 55 79 90 (entre 11h et 17h) et contact@mde-lyon.eu / europedirect014269@mde-lyon.eu.
• Pour toutes les questions à destination du Centre d’information Europe Direct Drôme Ardèche au 06 99 61 26 07 et europedirect2607@mde-lyon.eu.
• Un service d’information générale sur l’Union européenne est à la disposition de tous les citoyens européens et reste aussi accessible : un service téléphonique gratuit : 00 800 6 7 8 9 10 11. C’est un numéro gratuit dans toute l’Europe, de 9h à 18h, dans toutes les langues officielles de l’UE.

Vous pouvez continuer à suivre l’actualité européenne sur notre site web et nos réseaux sociaux : Facebook (CIED Lyon) / Facebook (CIED Drôme Ardèche), Twitter (CIED Lyon) / Twitter (CIED Drôme Ardèche) et Instagram. Pour être tenu au courant des futur projets de la Maison des Européens Lyon, nous vous invitons vous inscrire à notre lettre d’information : https://bit.ly/2TYtjpL.

En souhaitant à tous du courage pour affronter ces prochaines semaines !
L’équipe de la Maison des Européens Lyon

Appel à participation au dialogue citoyen « Europetalks »

Pour la première fois cette année France 24, Chaîne française d’information internationale en continue, participe au projet Europe Talks. Initié par Zeit Online il y a 3 ans, avec une vingtaine de médias européens, Europe Talks vise à lutter contre les idées reçues sur l’Europe en mettant en relation des citoyens européens de tous les âges dans un espace de dialogue virtuel pour qu’ils confrontent leurs points de vue.

Cette année, l’opération a commencé le lundi 19 octobre et la mission de France 24 est entre autres de faire connaître ce projet à un maximum de personnes en France, afin qu’un maximum de Français y participent. Vous avez jusqu’au 30 novembre pour vous inscrire et inviter d’autres personnes à entrer dans cette aventure européenne.

Pour s’enregistrer, rien de plus simple: vous devez répondre par “oui” ou “non” à une série de 7 questions, sur l’écologie, la santé, les réfugiés, la pandémie… Une fois arrivés au bout des questions, vous êtes redirigé sur le site de Europe Talks, pour vous inscrire à un événement virtuel qui aura lieu le 13 décembre. Lors de cet événement, point d’orgue du projet, des binômes de participants débattront de leur vision de l’Europe. D’ici là, l’algorithme de Europe Talks vous aura trouvé votre interlocuteur, le but étant de dialoguer avec des personnes aux points de vue différents, voire opposés.

Vous trouverez plus d’informations dans l’article, Europe Talks : Dialoguez entre Européens pour lutter contre les idées reçues, dans lequel vous pourrez accéder aux questionnaire d’inscription.

Les Journées de l’Économie 2020 maintenues en version digitale!

Suite aux nouvelles mesures sanitaires, les Journées de l’Economie 2020 du 17 au 19 novembre 2020 basculent en virtuel. L’ensemble des conférences seront accessibles en visio aux dates et heures prévues.

Les Journées de l’Économie (Jéco), organisées par la Fondation pour l’Université de Lyon, proposent aux citoyens de tous horizons des clés pour mieux comprendre le monde qui les entoure en échangeant sur une grande diversité de sujets d’actualité abordés avec un éclairage économique, ce moment d’échanges et d’apprentissage vous permet entre autres de mieux comprendre le Plan de relance européen Next Generation EU ainsi que les conséquences économiques du Pacte vert pour l’Europe.  

Retrouvez le programme de tous les ateliers et table-rondes ici.

Vous trouverez également les informations sur cet événement sur la page Facebook et Twitter des Journées de l’Économie ainsi que sur leur site Internet.

Lancement du concours « Europorters » pour sensibiliser les jeunes aux thématiques européennes

Destiné aux classes de quatrième, troisième et seconde, le concours Euroreporters ambitionne de faire comprendre l’Europe aux jeunes, de leur « donner envie d’Europe ». Un voyage à Bruxelles devrait récompenser les lauréats !

Accompagnées de leurs professeurs, les classes sont invitées à donner la parole aux jeunes en proposant un reportage sur un sujet européen de leur choix. Audio, vidéo ou photographique, le reportage devra démontrer comment l’Europe concerne les jeunes, dans leur proximité et leur quotidien, notamment au travers d’un projet financé par l’Europe près de chez eux.

Le concours, qui a démarré le 15 octobre dernier, s’achèvera en même temps que l’année scolaire 2021. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 1er décembre 2020.

Le concours comporte deux phases : la première est un concours régional dans chaque académie. La seconde se déroule au plan national. Si vous cherchez des informations sur les projets européens en Auvergne-Rhône-Alpes, n’hésitez pas à consulter notre rubrique « Projets financés par l’UE en Auvergne-Rhône-Alpes » ou contacter la Direction des fonds européens Région Auvergne Rhône-Alpes.

Toutes les informations sont disponibles sont sur le site Internet et sur la page Facebook.

* Ce concours est porté par l’Alliance de la Presse d’Information Générale, l’Alliance pour l’éducation aux médias et en collaboration avec le Centre de Liaison de l’Enseignement et des Médias d’Information.

Jeu-concours avec le Prix Hippocrène 2020

Le Prix Hippocrène de l’éducation à l’Europe 2020 a comme tous les ans récompensé 6 projets réalisés en milieu scolaire par les élèves et leurs professeurs. Aujourd’hui, c’est à vous de récompenser le meilleur projet à l’occasion du Prix du public lancé aujourd’hui. Jusqu’au vendredi 20 novembre, vous pouvez voter pour le meilleur projet sur la page Facebook du Prix Hippocrène et tenter de gagner l’une des 10 récompenses parmi lesquelles figurent :

A vous de jouer ! Plus d’informations sur le Prix Hippocrène sur le site Internet, la page Facebook et le compte Twitter.

Visiter les institutions européennes !

Un moyen de rapprocher l’Europe aux citoyens de l’Union européenne – leur fournir des informations sur la manière dont fonctionne les institutions européennes. Les visites « physiques » des institutions européennes en raison de la pandémie de COVID-19 sont devenues rares et les contacts entre les institutions de l’UE et les citoyens sont difficiles à établir.

Cependant, comme tous les autres organes de l’UE, le Centre de visites de la Commission européenne et Comité européen des Régions (CdR) sont présents. Etant donné que les visites « physiques » sont suspendues jusqu’à nouvel ordre, nous vous invitons aux visites virtuelles.

  • Établi à Bruxelles, le Centre de visites de la Commission européenne propose au grand public de mieux comprendre le fonctionnement, les politiques et les priorités de la Commission européenne. Une visite virtuelle de la Commission européenne vous intéresse ? Vous trouverez plus d’informations par ici : https://bit.ly/33kJ2Ev
  • L’équipe du Comité européen des Régions est prête pour les réunions WEBEX, ZOOM et SKYPE. Elle fait des présentations dans le cadre de « Retour à l’école & Université/Back to School & University », « Fonctionnement de l’UE » et elle fait des présentations sur le Comité Européen des Régions concernant son travail et sa structure. Les présentations se font dans toutes les langues officielles. Pour plus d’information, c’est par ici : https://bit.ly/2G6s5VA

Les Débats participatifs européens – une initiative de « Pulse of Europe »

Le mouvement Pulse of Europe a lancé une nouvelle initiative, les Débats participatifs européens. L’idée est simple, organiser un débat chez soi, avec son entourage autour des thématiques européennes et ensuite partager vos idées aux représentants de la Commission et du Parlement européen.

Participez à ce vaste échange auquel 31 femmes et hommes politiques ont apporté leur soutien. Parmi eux, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et les eurodéputés Łukasz Kohut, Fabienne Keller, Manfred Weber, Othmar Karas, Gwendoline Delbos-Corfield, Martin Schirdewan ou Ska Keller. Au total, les cinq fractions politiques du Parlement européen se trouvent représentées pour répondre aux souhaits et aux attentes de la population européenne.

Retrouvez les informations détaillées sur cette initiative sur le site Internet dédié.

  • 1
  • 2

adhésion

Adhérer, c'est être acteur et non simple spectateur. Pour nous soutenir, cliquez sur le bouton ci-dessous pour adhérer ou faire un don en ligne :

contacts

MAISON DES EUROPÉENS LYON et ses Centres d'information Europe Direct :
• LYON : 04 72 07 88 88 / 06 48 55 79 90
contact@mde-lyon.eu /
europedirect014269@mde-lyon.eu

• DRÔME ARDÈCHE : 06 99 61 26 07 europedirect2607@mde-lyon.eu

localisation

MAISON DES EUROPÉENS LYON et ses Centres d'information Europe Direct :
• LYON : 346 rue Garibaldi, 69007 LYON
• DRÔME ARDÈCHE : Campus Consulaire CCI de la Drôme, 52-74 rue Barthélémy de Laffemas, BP 1023, 26010 VALENCE

évaluation

Vous avez contacté les Centres d’information Europe Direct Lyon ou Drôme Ardèche ? Votre avis nous intéresse ! Merci de remplir ce petit questionnaire.