Le programme Erasmus+ : le « chouchou » des Européens !

Créé en 1987, sous l’impulsion de Jacques Delors, alors président de la Commission européenne, le programme Erasmus est de très loin, le programme européen le plus connu des Européens, à part l’euro. Et le plus plébiscité.

Depuis sa création, plus de 9 millions d’Européens ont pu y participer. Parmi eux, 4,4 millions d’étudiants. Pour la programmation 2014-2020, ce programme a permis de financer des mobilités au départ de la France, à 140.000 jeunes, 350.000 étudiants (dont 39% de boursiers sur critères sociaux), 164.000 apprenants de la formation professionnelle, 56.000 élèves du scolaires et 4.000 adultes. De plus, 4.500 entreprises françaises ont accueilli des stagiaires européens. Un vrai succès.

Pour 2021-2027, Erasmus+ a vu son budget augmenter de 80%, passant de 14,7 milliards € à 26 milliards €, ce qui devrait permettre d’atteindre un objectif global (1987-2027) de 22 millions de bénéficiaires du programme. Les priorités stratégiques seront des mobilités durables, dans le respect du Pacte vert ; avec plus d’actions en vue de faciliter la transition numérique, et encore plus d’inclusivité en faveur des personnes les plus éloignées de la mobilité socialement, économiquement ou géographiquement.

Le Royaume-Uni a refusé de poursuivre sa participation à Erasmus+, mais le programme est ouvert aux 27 Etats membres, ainsi qu’à l’Islande, la Norvège, le Liechtenstein, la Serbie, la Turquie et la Macédoine du Nord. Pour certaines actions, la mobilité est ouverte bien au-delà, sur le monde entier (Enseignement supérieur, et enseignement professionnel).

En France, les dossiers Erasmus+ sont gérés par deux Agences. L’Agence Erasmus+ Education et Formation, à Bordeaux, qui évalue les mobilités des secteurs scolaire (de la maternelle au lycée), de l’enseignement professionnel (lycées professionnels, techniques, agricoles, mais aussi les maisons familiales et rurales (MFR) ou école de la 2ème chance par exemple) ; de l’enseignement supérieur et de l’éducation des adultes (qui concerne l’économie sociale et solidaire et l’éducation non formelle des adultes).

L’Agence Erasmus+ Jeunesse et Sport à Paris, dépendante de l’Agence du Service Civique, gère, quant à elle, le volet Jeunesse et permet aux jeunes, de 13 à 30 ans de mettre en œuvre des échanges et des mobilités. Enfin le volet Sport reste intégralement géré par l’Agence exécutive Education, Audiovisuel et Culture (EACEA) à Bruxelles.

L’action la plus connue correspond aux mobilités (d’études, de stages) ou aux échanges. Elle est accessible aux apprenants, mais aussi à l’ensemble du personnel pédagogique et administratif de l’éducation, ainsi qu’aux jeunes et aux acteurs de la jeunesse (salariés ou bénévoles). Des séjours de plusieurs semaines sont ainsi possibles. Erasmus + finance les séjours de mobilité via des forfaits pour le transport et pour le séjour, variant selon le pays d’accueil.

Moins connue, mais aussi fondamentale, il y a l’action de partenariat de coopération. Il s’agit, pour les structures, de se constituer un consortium avec au moins 2 autres organismes de 2 autres pays du programme, pour dialoguer, échanger et analyser des bonnes pratiques ; mais aussi pour élaborer des supports pédagogiques innovants, comme des cours en e.learning, ou des livrets de formation, ou encore des outils digitalisés, comme les serious game, les open badges etc. Dans ce cas, Erasmus+ peut financer toutes les étapes de conception, d’expérimentation et de diffusion.

Quant au sport, Erasmus+ finance des échanges de bonnes pratiques (exemples : sport et égalité, sport et santé), et des manifestations sportives à but non lucratif .

Et puis, dernier venu en 2018, dans la galaxie Erasmus+, le Corps européen de Solidarité, qui remplace le Service volontaire européen. Le CES permet aux jeunes, de 18 à 30 ans résidant dans l’UE de se porter volontaire dans le cadre de projets organisés par des ONG ou des associations. Le CES soutient aussi des projets conçus par un groupe d’au moins 5 jeunes, sur le territoire national, pour des actions dans l’environnement, le social, la culture etc.

Par ailleurs, pour finir, il existe aussi un Erasmus + Jeunes entrepreneurs pour accompagner les jeunes créateurs d’entreprise via des échanges et rencontres avec des entrepreneurs européens plus chevronnés.

En bref, il y a un Erasmus+ pour chacun des Européens, de 13 à 65 ans, jeunes, apprenants, adultes, demandeurs d’emploi, enseignants, formateurs, acteurs du secteur jeunesse ou social, personnel administratif…

Ce programme plaît à tous, car chacun peut s’y retrouver, de 3 ans à … Sénior !

Alain MALEGARIE, président de la Maison des Européens Lyon, membre du réseau de conférenciers Team Europe France.
Le 1er avril 2021.

* Cet article n’engage que son auteur.


Crédit photo : info.erasmusplus.fr

adhésion

Adhérer, c'est être acteur et non simple spectateur. Pour nous soutenir, cliquez sur le bouton ci-dessous pour adhérer ou faire un don en ligne :

contacts

MAISON DES EUROPÉENS LYON et ses Centres d'information Europe Direct :
• LYON : 04 72 07 88 88 / 06 48 55 79 90
contact@mde-lyon.eu /
europedirect014269@mde-lyon.eu

• DRÔME ARDÈCHE : 06 99 61 26 07 europedirect2607@mde-lyon.eu

localisation

MAISON DES EUROPÉENS LYON et ses Centres d'information Europe Direct :
• LYON : 346 rue Garibaldi, 69007 LYON
• DRÔME ARDÈCHE : Campus Consulaire CCI de la Drôme, 52-74 rue Barthélémy de Laffemas, BP 1023, 26010 VALENCE

évaluation

Vous avez contacté les Centres d’information Europe Direct Lyon ou Drôme Ardèche ? Votre avis nous intéresse ! Merci de remplir ce petit questionnaire.