Quelles conséquences pratiques?

A la lumière des considérations faites en ce lieu, il convient de se focaliser sur des problématiques concrètes qui vont intéresser toute personne qui souhaite se rendre en Grande Bretagne. La sortie du Royaume-Uni, surtout en vue d’une absence d’accord, pour engendrer une longue série de conséquences peu plaisantes, surtout d’un point de vue économique et commercial. Quels effets, en effet, sont possibles sur les portefeuilles des personnes résidantes en Grande Bretagne ?

1. LE CONTENU DE VOTRE PANIER VA CHANGER

Environ le 30% des produits alimentaires en Grande Bretagne proviennent de l’Union européenne, en particulier fruits et légumes, qui risquent ainsi de devenir plus rares et plus coûteux pour les consommateurs.



L’augmentation des taxes et des temps de livraison vont donc attaquer les prix de ces biens, cela pourrait avoir des effets encore plus graves dans le cadre d’une sous-évaluation de la lire anglaise. Le risque est que surtout la plupart des supermarchés pourraient vite rester sans ressources et, donc, les comportements des consommateurs vont en conséquence changer.

 

2. VOUS ALLEZ AVOIR BESOIN DE QUELQUES MESURES COMPLÉMENTAIRES LORS DE VOS VOYAGES EN EUROPE 

La quantité des voyageurs anglais en Europe est toujours en augmentation.


Cependant, plusieurs mesures vont devoir être prises en fonction du statut du citoyen. Quoi qu’il en soit, voyager en Irlande ne sera pas en problème du fait que le gouvernement britannique s’engage à ne pas construire de mur entre les deux Etats. Du point de vue des citoyens anglais, la sortie de l’Union européenne aura des effets assez importants en ce qui concerne leurs déplacements. Le gouvernement britannique conseille à ses citoyens d’être sûrs d’avoir un passeport valide et il les met en demeure du fait que des visas seront parfois demandés si le séjour programmé dépasse les quatre-vingt-dix jours. Le système européen de santé et la Carte européenne de d’assurance maladie pourrait ne plus marcher pour les ressortissants du Royaume-Uni, ce qui va les pousser à découvrir des nouvelles assurances et des nouveaux moyens de protection sociale. Beaucoup de changements pourraient donc avoir lieu surtout pour le statut des citoyens britanniques, mais cela doit encore tout être confirmé par les procédures qui suivront.

3. LES MÉDICAMENTS POURRAIENT ÊTRE PLUS CHERS

Ce facteur est dû au prix croissant des médicaments dans le cadre d’une sortie sans accord du Royaume-Uni. En effet, depuis janvier dernier, la Royal Pharmaceutical Society a prévenu le gouvernement anglais du fait d’avoir des soucis pour repérer certains médicaments et, notamment, des antidépressifs et des antidouleurs.



En effet, certains experts se préoccupent du fait que la sortie sans accord du Royaume-Uni pourrait engendrer des réductions en termes d’offert de médicaments. En effet, les trois quarts des médicaments en Grande Bretagne proviennent de l’Union européenne et ne pas prévoir un système effectif pourrait pousser à la hausse des prix des produits en question. Cela explique donc le fait que le gouvernement prévoit, pour les prochaines années, des financements plus grave du NHS. 4. Les britanniques à l’étranger peuvent avoir besoin de mesures complémentaires Le nombre de citoyens britanniques qui habitent en Union européenne dépasse le million de personnes.
A ce propos et afin de garantir une meilleure sécurité pour les citoyens britanniques qui habitent en Europe, le gouvernement a décidé de mettre en place des financements plus lourds pour les consulats et les autres organismes gouvernementaux. Cela se concrétise ainsi dans le fait de vouloir garantir un plus large éventail de sûreté pour les citoyens du Royaume-Uni, qui pourront alors continuer à vivre sans énormes changements sur le territoire européen.

5. IMPORTER DES BIENS DE L'UE SERA PLUS CHER

Comme conséquence directe de la sortie du Royaume-Uni et, dans le cadre d’une sortie sans accord, les importations de biens en Grande Bretagne pourra coûter beaucoup plus cher que maintenant, en déterminant la hausse des prix dont on parlait au point 1 et 3. A l’état actuel des choses, les entreprises britanniques ne doivent pas payer des taxes en plus ou des prix supplémentaires pour faire voyager leurs biens depuis et vers l’Union européenne, comme conséquence directe de la liberté de mouvement des biens. Cependant, à l’issue des négociations et spécifiquement dans le cadre d’une sortie sans accord, les choses pourraient changer.



C’est pour cela que le gouvernement prévoit, pour les prochaines années et dans le cadre d’un accord ou d’une sortie sans accord, d’appliquer des tariffs à certains produits et spécialement envers les produits importés, ce qui aura des conséquences drastiques sur la commercialisation entre Royaume-Uni et les pays de l’UE.

6. LES FRAIS DE TÉLÉPHONE VONT POUVOIR AUGMENTER 

Le gouvernement anglais a ainsi prévenu ses citoyens du fait que la sortie de l’Union européenne pourra engendrer des coûts plus élevés pour l’utilisation de son propre portable. Les services de roaming, pour lesquels le Parlement européen s’est fortement battu, pourront en effet voir une certaine limitation de la part de l’UE elle-même du fait que la Grande Bretagne ne fera plus partie de l’Union.


Cela pourra avoir des effets dans le cadre où l’opérateur téléphonique n’adhère pas à la même procédure de maintenant, en laissant donc les utilisateurs dans une forte incertitude pour l’instant actuel.

7. LES ETUDIANTS BRITANNIQUES OU EUROPÉENS VONT PASSER UNE PÉRIODE D'INCERTITUDE

Face à l’incertitude qui prend le processus de ratification de l’accord trouvé, les étudiants britanniques qui désirent voyager en Europe dans le cadre d’un Erasmus se trouveront devant une certaine insécurité. Le nombre d’étudiants anglais en Europe est toujours croissant, comme le peux démontrer le graphique ci-dessous.



Le Gouvernement britannique s’est engagé afin de pouvoir laisser la possibilité aux étudiants déjà en Europe de conclure leurs programmes d’échanges. Dans le cadre d’une sortie sans accord, toutefois, le gouvernement aura besoin que les institutions européennes gardent leur volonté de laisser ses programmes d’échange. C’est pour cela que plusieurs universités britanniques ont décidé de mettre en place des programmes et des initiatives afin de pousser les échanges entre étudiants européens et britanniques, mais les conséquences de tout cela aura son propre sens une fois le délai donné au Royaume-Uni expiré.

adhésion

Adhérer, c'est être acteur et non simple spectateur. Pour nous soutenir, cliquez sur le bouton ci-dessous pour adhérer ou faire un don en ligne :

contacts

MAISON DES EUROPÉENS LYON et ses Centres d'information Europe Direct :
• LYON : 04 72 07 88 88 / 06 48 55 79 90
contact@mde-lyon.eu /
europedirect014269@mde-lyon.eu

• DRÔME ARDÈCHE : 06 99 61 26 07 europedirect2607@mde-lyon.eu

localisation

MAISON DES EUROPÉENS LYON et ses Centres d'information Europe Direct :
• LYON : 7 rue Amédée Bonnet, 69006 LYON
• DRÔME ARDÈCHE : Campus Consulaire CCI de la Drôme, 52-74 rue Barthélémy de Laffemas, BP 1023, 26010 VALENCE

évaluation

Vous avez contacté les Centres d’information Europe Direct Lyon ou Drôme Ardèche ? Votre avis nous intéresse ! Merci de remplir ce petit questionnaire.